Fibromyalgie

Une pathologie récente

C’est en 1992 que l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) reconnaît la fibromyalgie comme affection chronique rhumatismale. Décrivant ainsi la maladie comme impliquant durant plus de six mois des douleurs musculo-squelettiques diffuses, aux quelles s’ajoutent des troubles du sommeil et de l’asthénie (état de fatigue généralisé).

En France il faudra attendre la question de Mme Patricia Schillinger adressée au Sénat le 20 avril 2006 sur la reconnaissance de la fibromyalgie (Question écrite n° 22785). Depuis le sujet a été abordé plusieurs fois au sein de l’hémicycle du Sénat, abordant la reconnaissance, la prise en charge ou encore l’évaluation de la fibromyalgie.

Que ressentent les fibromyalgiques ?

La maladie présente tout un panel de symptômes, comme j’aime à le dire, c’est une véritable boule à facettes, et chaque patient possède la sienne.

Il y a toutefois un tronc commun, évoqué précédemment, cumulant la douleur diffuse permanente, les troubles du sommeil et la fatigue chronique. Ensuite certains symptômes sont plus courants que d’autres : maux de tête, paresthésie (fourmillements), troubles intestinaux, sensibilité oculaire et/ou auditive, déprime ou encore intolérances alimentaires. Certaines recherches font état de pus de 200 symptômes envisageables (cf. l’article La Fibromyalgie et vous, les résultats de l’enquête).

Il est alors aisé de comprendre que cette pathologie, engendre de nombreuses souffrances, physiques mais aussi psychologiques, entraînant une invalidité importante selon les cas et nécessitant des traitements thérapeutiques et un suivi médical.

La fibromyalgie impacte donc différents organes, c’est pourquoi il est si compliqué de la diagnostiquer, aujourd’hui encore. Alors, les examens commencent de manière à éliminer la possibilité de toute autre pathologie présentant ces symptômes, on parle de contre diagnostic ou de diagnostic différentiel.

Cependant, en 1990, l’American College of Rheumatology, met au point un test de douleur à la pression de 18 points spécifiques (certains spécialistes préfèrent parler de zones de pression), si le patient est sensible à au moins 11 d’entre eux et s’ils s’accompagnent des autres symptômes prédominants, on parle alors de fibromyalgie.

Il est tout de même à noter qu’aux vues des recherches – de plus en plus nombreuses – menées sur la fibromyalgie, la médecine tend à la requalifier en pathologie neurologique (au lieu de rhumatismale actuellement).

Quelles en sont les causes ?

Le fibromyalgie est une maladie multifactorielle dont l’origine est mal connue. Bien qu’il puisse être extrêmement complexe de déterminer la cause exacte de la maladie, la thèse majoritaire aujourd’hui semble être qu’un stress majeur (physique ou émotionnel) subit durant l’enfance, auquel s’ajoute un second stress majeur à l’adolescence ou à l’âge adulte déclencherait la pathologie.

Pour en savoir d’avantage sur les effets de la fibromyalgie, contactez-moi ici.


Abonnez-vous à mon blog

Recevez directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception.

%d blogueurs aiment cette page :